vendredi, 14 septembre 2012 16:00

Les Baleines à nosy be

Chaque année, d’Août à Novembre, hors de la saison des pluies de nombreuses baleines à bosse viennent séjourner et mettre bas dans les eaux de Nosy Be et dans la baie des Russes à Madagascar.: que ce soit mère/baleineau ou des groupes d'adultes, les baleines à bosse nous gratifient souvent de leurs acrobaties légendaires ! Un spectacle unique à NosyBe Madagascar.

                          
Mesurant 15 mètres pour environ 40 tonnes, la baleine à bosse est une infatigable voyageuse, qui alterne entre les eaux poissonneuses des pôles, où elle se nourrit majoritairement de krill (petites crevettes), et les eaux tropicales où elle vient se reproduire. Elle parcoure ainsi plus de 10 000 kilomètres par an. La baleine à bosse est la plus expressive des cétacés, ce qui fait d’elle la plus observé de l’activité Whale watching dans le monde.
Dans le canal du Mozambique qui sépare Madagascar à l’Afrique, tandis que les groupes de mâles se retrouvent à la limite du plateau continental pour s’adonner aux fameux combats, sauts et frappes de caudales ou de pectorales. La baleine à bosse est également connue pour son chant, le plus puissant du monde produit uniquement par les mâles dans les zones tropicales.
On peut les voir passer depuis les plus belles plages de Nosy be ( Ambatoloaka, Madirokelly, Ambondrona, Andilana et bien d’autres.
Depuis la terrasse du restaurant des hauts manguiers par exemple en face de la baie des Russes et de grande terre, on a pu observer les baleines passé.
de nombreux relevés scientifiques sont systématiquement effectués : Photos d’identification, coordonnée GPS, durée des sondages (période où les cétacés plongent), météo, marée, état de la mer, enregistrements acoustiques et beaucoup d’autres données sont relevées sur les bateaux puis partagées avec le Centre National de Recherche Océanographique (CNRO) de Nosy Be et d’autres partenaires ( WCS…).

image_par_ulmC’était il y a un peu moins d’un mois à Nosy be un étrange oiseau motorisé a été aperçu survolant les plages de nosy be secteur AMBONDRONA.Stupeur et tremblement à chaque passage de l’appareil devant les superbes plages pour toute la population locale, quand soudain l’envie m’a pris d’aller rencontrer ce fameux « homme oiseau ».

Après une recherche facile à réaliser, j’ai trouvé son numéro de téléphone, via notre informateur. Après avoir pris contact avec lui afin de partager les sensations qu’il pouvait avoir à 150 m du sol le rendez-vous était pris. Il ne me restait plus qu’à attendre son coup de fil pour savoir s’ il était possible de voler le moment prévu.

Avant de partir nous étions, lui son aide et moi à orienter l’appareil afin de trouver le meilleur vent pour décoller Une fois installé comme dans le siège baquet de l’ULM, le casque sur les oreilles avec micro intégré, la camera branchée et fixée sur l’aile pour filmer en permanence tout le vol. Nous avons pu entamer le décollage à une vitesse d’environs 70, 80 km/h sur l’eau et commencé l’ascension vers le ciel. Quelle sensation !!! J’avais l’impression d’être dans un avion d’antan sans cabine. Les débuts de l’histoire de l’aviation.

Soudain, la vue des couleurs de l’eau, du sable, des reliefs de l’Ile de nosy be, des îles voisines, est là juste en dessous de moi, sous mes propres yeux.Il me restait plus qu’à demander au pilote, de me conduire là où je le voulais, tout en survolant les bords de plages et profiter au maximum du panorama. C’est à ce moment précis que je commençais à ressentir les sensations qu’il devait avoir lorsque je le voyais passer. Je crois que le panorama proposé depuis l’ULM ferrais baver les plus grands photographes de cartes postales.

Mon objectif de ce vol était de photographier trois plages de Sakatia avec une presqu’île enchanteresse. Le propriétaire de ces plages m’avait déjà emmené, sur l’une d’entre elles, Le fait de me trouver a une certaine hauteur rendais les couleurs encore plus belle et on pouvait voir les coraux au fonds de l’eau. D’autres clients ont eus la chance d’apercevoir des tortues sous-marine, dauphins et même les baleines Après nous avons mis le cap sur l’hôtel les Hauts Manguiers qui était mon second objectif pour photographier ses superbes villas tropicales d’en haut. Et là, même spectacle offert par la nature, quelques cents manguiers restés intact et conservés par la résidence de tourisme. Descendre et amerrir en douceur sur une eau turquoise. Remerciement a Philipe pour ce vol d’une heure en plein ciel et le partage des paysages marié à l’eau turquoise pour sa passion et son professionnalisme. 

XAVIER BARES